Le certificat de connaissances de gestion de base bientôt supprimé

Vous envisagez de créer votre propre entreprise ? Dans ce cas, vous devez prouver que vous avez les compétences entrepreneuriales requises au moyen d'un certificat de connaissances de gestion de base. À partir du 1er septembre 2018, ce certificat ne sera plus une obligation légale, du moins pour les entrepreneurs implantés en Flandre. Des formations ciblées utiles lors de la création d'une entreprise et à d'autres moments de la vie d'un entrepreneur, compenseront la suppression du certificat.

Depuis la sixième réforme de l'État, les Régions sont compétentes pour la loi d'établissement. Cette loi de 1958 contraint tout entrepreneur à fournir la preuve de certaines compétences entrepreneuriales au moyen d'un certificat de connaissances de gestion de base et par le biais de compétences professionnelles spécifiques pour certaines professions réglementées. Ces exigences ne sont plus compatibles avec une directive européenne. La loi n'offre pas non plus de cadre pour les nouvelles formes d'entreprise, telles que l'économie collaborative, les e-services et les pop-ups.

Loi d'établissement : connaissances de gestion de base

Le certificat de connaissances de gestion de base s'obtient au terme de la participation à plusieurs cours dans le domaine de l'économie. Ces cours peuvent être suivis dans l'enseignement régulier, chez Syntra ou dans un Centre d'enseignement pour adultes (CEA). Le Gouvernement flamand a décidé de supprimer cette obligation à partir du 1er septembre 2018.

Le certificat avait été introduit à l'époque en vue de prévenir les faillites. Qu'en est-il ? Le certificat n'a aucun effet sur les faillites mais constitue plutôt un obstacle à l'entreprise. Il n'offre par ailleurs aucune garantie quant aux compétences entrepreneuriales. Il s'agit d'une évaluation ponctuelle des compétences qui ne garantit en aucun cas la réussite de l'entreprise.

Dans la Région de Bruxelles-Capitale et la Région wallonne, la loi d'établissement actuelle reste (momentanément) d'application.
L'adresse du siège social de la société ou du domicile de l'entrepreneur détermine si l'entreprise doit ou non pouvoir produire le certificat.

Loi d'établissement : connaissances professionnelles spécifiques

L'exercice d'une profession réglementée requiert, outre un certificat de connaissances de gestion de base, des compétences professionnelles spécifiques attestées par un diplôme ou une expérience pratique pertinente. Comme cette réglementation est contraire à la réglementation européenne qui dispose que tout Européen doit pouvoir créer une entreprise dans n'importe quel État membre dans des conditions d'égalité, le législateur flamand est intervenu. En Flandre, les connaissances professionnelles obligatoires sont supprimées depuis le 1er janvier 2018 pour les professions réglementées suivantes :

• grossiste en viandes - chevillard ;
• dégraisseur - teinturier ;
• restaurateur ou traiteur ;
• boulanger et pâtissier ;
• coiffeur ;
• esthéticien ;
• masseur ;
• pédicure ;
• opticien ;
• technicien dentaire ;
• entrepreneur de pompes funèbres ;
• boucher-charcutier ;
• les activités indépendantes réglementées en lien avec les vélos et les véhicules à moteur.

Une exception s'applique pour le secteur de la construction et l'activité réglementée d'installateur-frigoriste (profession de technicien du froid et électrotechnique).

Dans la Région de Bruxelles-Capitale et la Région wallonne, la loi d'établissement actuelle continue de s'appliquer in extenso, donc y compris aux activités réglementées qui ne sont plus réglementées en Flandre. À suivre assurément.

Nouvelles

Des directives européennes contraignent les sociétés belges, mais aussi les ASBL, fondations et trusts belges à déclarer qui se cache réellement derrière la société, l'ASBL... Ces dernières doivent communiquer à l'Administration qui sont leurs bénéficiaires effectifs (UBO est l'acronyme de Ultimate Beneficial Owner). Ces données sont ensuite consignées dans le registre UBO.

Vous êtes administrateur ? Vous exercez votre mandat en nom propre ou via une société ? Le fisc n'apprécie pas trop les sociétés de management et, lorsqu'un dossier est porté devant les tribunaux, il apparaît qu'il en est de même pour les juges. Mais la Cour de cassation a récemment mis des limites à cette méfiance.

Ces dernières années, la fiscalité de la voiture de société - la voiture qu'un travailleur ou un dirigeant d'entreprise se voit mettre à disposition par son entreprise - a subi de très nombreuses modifications. La réforme de l'impôt des sociétés ajoute encore un chapitre à l'histoire et cette fois, ce sont les " faux hybrides " qui sont concernés.

Abonnez-vous à notre lettre d'info