Déclaration travail d'étudiant en heures et non plus en jours

Depuis le 1er janvier 2017, un étudiant peut prester, dans le cadre d'un contrat d'occupation d'étudiant, 475 heures au lieu de 50 jours par année civile sous un régime avantageux de cotisations sociales. Autre nouveauté : l'octroi de ce statut avantageux est subordonné à l'introduction d'une déclaration Dimona dans les temps.

Nouveau : 475 heures

Un étudiant occupé dans le cadre d'un contrat d'occupation d'étudiant peut prester contre rémunération un certain nombre d'heures, durant les périodes de présence non obligatoire dans un établissement scolaire. Le contrat d'étudiant est un contrat écrit d'une durée déterminée de maximum 12 mois. Le statut d'étudiant n'est soumis à aucune condition d'âge maximum.

Ni l'employeur ni l'étudiant ne sont assujettis aux cotisations de sécurité sociale ordinaires. En revanche, l'employeur comme l'étudiant sont redevables d'une cotisation de solidarité spéciale. Celle-ci s'élève à 5,42 % pour l'employeur et à 2,71 % pour l'étudiant. L'employeur est en outre redevable d'une cotisation spéciale de 0,01 % au bénéfice du fonds amiante. Les cotisations sociales à charge d'un travailleur ordinaire s'élèvent à 13,07 % de sa rémunération brute.

Condition indispensable : déclaration Dimona spécifique

L'employeur qui souhaite occuper un étudiant sous le régime avantageux de cotisations de sécurité sociale doit désormais mentionner dans la déclaration immédiate pour l'emploi (Dimona) le nombre d'heures prestées par l'étudiant et non plus le nombre de jours. L'employeur et l'étudiant ne peuvent bénéficier du régime de la cotisation de sécurité spéciale que si la déclaration Dimona " STU " est introduite avant le début de l'occupation. En cas d'entrée en service anticipée, l'employeur doit introduire une déclaration supplémentaire vu qu'il n'est plus possible d'avancer la date de début des prestations renseignée dans la déclaration Dimona. L'ONSS sera d'ailleurs plus strict en cas de déclaration Dimona tardive. Il peut en effet ne pas approuver le droit à la cotisation de solidarité, et ce, pour toutes les heures prestées. À titre provisoire, l'ONSS fera toutefois preuve de tolérance si, au cours d'un trimestre donné, au moins une déclaration Dimona a été introduite à temps.

La déclaration en heures permet aux employeurs de secteurs ayant recours à des prestations journalières incomplètes de ne plus déduire des jours entiers du contingent étudiant alors que quelques heures seulement sont prestées. Désormais, seules les heures prestées sont déduites du contingent.

En cas de dépassement du contingent de 475 heures, l'étudiant comme l'employeur perdent leur avantage social et sont redevables de cotisations sociales ordinaires à partir du 476e jour.
Pour le calcul du contingent, il n'est tenu compte que des heures effectivement prestées par l'étudiant. Le résultat est exprimé en heures complètes, toute heure entamée comptant pour 1 heure complète.

Consultation du solde d'heures via student@work

L'employeur et l'étudiant ont la possibilité de consulter le solde du contingent étudiant (désormais exprimé en heures) via l'application " student@work ". Student@work est un outil en ligne mis à disposition par l'Office national de Sécurité sociale (ONSS).

=> À partir de cette année, les étudiants jobistes peuvent bénéficier du statut avantageux durant 475 heures au lieu de 50 jours. La durée maximale des contrats d'occupation d'étudiant (12 mois) et la cotisation de solidarité fixe de 8,13 % (5,42 % à charge de l'employeur et 2,71 % à charge de l'étudiant) restent inchangées.

Nouvelles

En Flandre comme à Bruxelles, le Gouvernement régional opte pour le prêt au bail commercial afin de soutenir les locataires d'immeubles commerciaux. Le bailleur aussi y trouve son compte, car il a la certitude de recevoir le paiement d'au moins une partie du loyer.

Lorsqu'un employeur met une voiture de société à la disposition d'un travailleur salarié ou d'un dirigeant d'entreprise, ce travailleur salarié ou ce dirigeant d'entreprise est imposé sur l'avantage qui en résulte. Le calcul de l'avantage dépend entre autres de l'émission de CO2 du véhicule par rapport à l'émission moyenne du parc automobile belge. En 2020, après deux années de hausse, cette émission moyenne est repartie à la baisse. Une bonne nouvelle pour le climat, mais une moins bonne nouvelle pour votre portefeuille.

Qui dit CSA pense immédiatement aux nouvelles règles concernant les sociétés. Une SRL sans capital, de nouvelles règles en matière de droit de vote, une nouvelle définition de la société coopérative... Mais pas mal de choses ont également changé pour les administrateurs.

Abonnez-vous à notre lettre d'info