Forfait voyages de service à l'étranger à partir du novembre 2017

L'indemnité forfaitaire octroyée pour les dépenses engagées pendant un voyage de service à l'étranger représente un remboursement de dépenses propres à l'employeur. Celle-ci est donc exonérée d'impôt. Le forfait admis dépend du pays dans lequel vous vous rendez. Vous pouvez vous baser sur la liste par pays publiée par le ministère des Affaires étrangères. De nouveaux montants sont applicables depuis le 22 novembre 2017.

Quelle indemnité ?

Les indemnités journalières sont censées couvrir les menues dépenses engagées pendant un voyage de service : repas, boissons, déplacements sur place. Elles ne couvrent ni les frais de transport jusqu'à votre destination ni les frais de logement. Les indemnités accordées pour ces dépenses sont payées séparément sur la base des frais réels. En d'autres termes, aucun forfait n'est dans ce cas appliqué et toutes les pièces justificatives requises (factures, tickets) doivent être conservées.

Il est fait une distinction entre deux catégories. D'une part, les agents qui relèvent de l'administration centrale (catégorie 1) et, d'autre part, les agents expatriés (catégorie 2). Le secteur privé se base sur la seconde catégorie pour le personnel qui effectue des voyages de service à l'étranger de longue durée et impliquant des séjours de plus de 30 jours et de moins de 24 mois.

Pour qui ?

Les montants forfaitaires ne sont d'application que pour les travailleurs salariés et les dirigeants d'entreprise qui exercent principalement une activité professionnelle sédentaire. Les voyages de service peuvent être occasionnels, voire réguliers, mais ne peuvent faire partie de leur activité professionnelle quotidienne normale.

Bref aperçu

Voici un bref aperçu des forfaits journaliers prévus pour les voyages dans les États voisins et les principaux pays partenaires commerciaux. Vous y trouverez les montants octroyés pour les voyages de service ordinaires et les montants moins élevés pour les voyages de service de plus longue durée (de 30 jours à 24 mois). Tous les montants sont libellés en EUR.

Australie : 105/63

Chine : 83/50

Allemagne : 93/56

France : 95/57

Grande-Bretagne : 101/61

Inde : 105/63

Italie : 95/57

Japon : 105/63

Luxembourg : 92/55

Pays-Bas : 93/56

Russie : 105/63

États-Unis : 105/63

Suisse : 105/63

Nouvelles

Il existe, depuis le 1er janvier 2022, en Région flamande, une obligation de « rénovation » en cas de transfert d'un bâtiment non résidentiel. Cela signifie que certaines installations doivent être remplacées dans les 5 ans après le transfert. Toujours dans les 5 ans après le transfert, les bâtiments doivent également satisfaire à certaines exigences énergétiques minimales.

Fin 2021, le législateur a sorti une loi qui vise à verdir notre mobilité, d'une part, en supprimant la déduction fiscale pour les véhicules alimentés par des carburants fossiles et, d’autre part, en encourageant les investissements dans des déplacements sans émission de C02. Les entreprises bénéficient ainsi d'une déduction majorée pour l’installation de bornes de recharge. Les particuliers quant à eux ont droit à une réduction d'impôt. Mais qu’en est-il du régime TVA applicable à ces bornes de recharge ?

Les entreprises et indépendants qui font appel à un entrepreneur pour des travaux de construction doivent s’assurer que cet entrepreneur n’a pas de dettes envers l’ONSS ou le fisc. Si tel est le cas, une obligation de retenue s’applique. Vous pouvez facilement vérifier si une telle retenue est nécessaire via le lien www.checkobligationderetenue.be.

Abonnez-vous à notre lettre d'info