Le fisc confirme : une facture irrégulière ou incomplète n'exclut pas toujours une déduction de la TVA

Depuis quelque temps, la Cour de justice de l'Union européenne adopte une position plus souple à l'égard des conditions formelles auxquelles doit répondre une facture. Par conséquent, les assujettis peuvent déduire leur TVA même s'ils ne disposent pas d'une facture établie en bonne et due forme. Le fisc s'est rallié à ce point de vue dans une circulaire du 12 octobre 2017.

Condition matérielle et formelle de l'exercice du droit à déduction

Comme condition matérielle de l'exercice du droit à déduction, le code de la TVA exige que les biens/services fournis soient utilisés pour effectuer des opérations taxées. Prenons, par exemple, un plombier qui achète du matériel : la TVA payée sur ce matériel peut être déduite, car il l'utilise dans le cadre de son activité économique taxée. C'est pourquoi les assujettis qui n'accomplissent que des opérations exonérées pour lesquelles ils ne facturent donc pas de TVA à leurs clients ne peuvent prétendre à la déduction de la TVA. Par exemple : un médecin ne peut pas déduire la TVA payée pour l'aménagement de son cabinet.

Cette condition matérielle reste inchangée.

L'assujetti doit aussi remplir une condition formelle pour pouvoir exercer son droit à déduction : il doit disposer de factures complètes et régulières. Ces dernières années, la Cour de justice de l'Union européenne a toutefois assoupli cette condition. Si un assujetti remplit toutes les conditions matérielles, mais qu'il dispose d'une facture incomplète, le droit à déduction ne peut être rejeté du seul fait de ce (petit) manquement. L'Europe opte ainsi pour le principe dit de " substance over form ".

Le fisc se rallie au point de vue de l'Europe

L'Europe tend donc de plus en plus à adopter une position moins rigide à l'égard de manquements formels. Le fisc belge partage désormais ce point de vue. Le 12 octobre dernier, il a publié une circulaire dans laquelle il confirme expressément adhérer au principe de " substance over form ".

En d'autres termes, le fisc acceptera la déduction même si l'assujetti dispose d'une facture incomplète ou irrégulière à condition toutefois que ce dernier soit en mesure de fournir des informations complémentaires (facture rectifiée, contrats, bons de commande, offres, correspondance) permettant d'établir si le droit à déduction peut être exercé.

Ces informations complémentaires doivent être communiquées avant la fin du contrôle fiscal.

Si l'assujetti s'est rendu coupable de fraude ou de pratique abusive ou s'il savait ou devait savoir que l'opération pour laquelle le droit à déduction est revendiqué fait partie d'une fraude ou d'une pratique abusive, cette souplesse ne sera bien sûr pas de mise. Dans ce cas, l'assujetti ne pourra pas exercer de droit à déduction.

Nouvelles

Dès janvier 2022, la Centrale des bilans, organisme faisant partie de la Banque nationale de Belgique (BNB), procédera à des modifications qui pourront avoir un impact sur la manière dont vous déposez vos comptes annuels. Les dépôts sous format papier ne seront plus possibles et la procédure en ligne sera simplifiée.

Le 12 octobre 2021, la Commission des normes comptables (CNC) a publié un avis sur la procédure de sonnette d’alarme sous le Code des sociétés et des associations (CSA). L’application de la procédure de sonnette d’alarme dépend dans une large mesure des règles d’évaluation appliquées par l’organe d’administration. Les administrateurs qui appliquent correctement les règles échappent à la responsabilité particulière qu’ils pourraient encourir.

Les travailleurs qui se voient mettre une voiture de société à disposition par leur employeur sont imposés sur un avantage de toute nature. Cet avantage est basé sur la valeur catalogue du véhicule. La mise à disposition supplémentaire d’une carte de carburant par l’employeur est sans incidence sur cet avantage. Mais qu’en est-il si le travailleur « fait le plein » d’électricité aux frais de l’employeur ?

Abonnez-vous à notre lettre d'info