Le certificat de connaissances de gestion de base bientôt supprimé

Vous envisagez de créer votre propre entreprise ? Dans ce cas, vous devez prouver que vous avez les compétences entrepreneuriales requises au moyen d'un certificat de connaissances de gestion de base. À partir du 1er septembre 2018, ce certificat ne sera plus une obligation légale, du moins pour les entrepreneurs implantés en Flandre. Des formations ciblées utiles lors de la création d'une entreprise et à d'autres moments de la vie d'un entrepreneur, compenseront la suppression du certificat.

Depuis la sixième réforme de l'État, les Régions sont compétentes pour la loi d'établissement. Cette loi de 1958 contraint tout entrepreneur à fournir la preuve de certaines compétences entrepreneuriales au moyen d'un certificat de connaissances de gestion de base et par le biais de compétences professionnelles spécifiques pour certaines professions réglementées. Ces exigences ne sont plus compatibles avec une directive européenne. La loi n'offre pas non plus de cadre pour les nouvelles formes d'entreprise, telles que l'économie collaborative, les e-services et les pop-ups.

Loi d'établissement : connaissances de gestion de base

Le certificat de connaissances de gestion de base s'obtient au terme de la participation à plusieurs cours dans le domaine de l'économie. Ces cours peuvent être suivis dans l'enseignement régulier, chez Syntra ou dans un Centre d'enseignement pour adultes (CEA). Le Gouvernement flamand a décidé de supprimer cette obligation à partir du 1er septembre 2018.

Le certificat avait été introduit à l'époque en vue de prévenir les faillites. Qu'en est-il ? Le certificat n'a aucun effet sur les faillites mais constitue plutôt un obstacle à l'entreprise. Il n'offre par ailleurs aucune garantie quant aux compétences entrepreneuriales. Il s'agit d'une évaluation ponctuelle des compétences qui ne garantit en aucun cas la réussite de l'entreprise.

Dans la Région de Bruxelles-Capitale et la Région wallonne, la loi d'établissement actuelle reste (momentanément) d'application.
L'adresse du siège social de la société ou du domicile de l'entrepreneur détermine si l'entreprise doit ou non pouvoir produire le certificat.

Loi d'établissement : connaissances professionnelles spécifiques

L'exercice d'une profession réglementée requiert, outre un certificat de connaissances de gestion de base, des compétences professionnelles spécifiques attestées par un diplôme ou une expérience pratique pertinente. Comme cette réglementation est contraire à la réglementation européenne qui dispose que tout Européen doit pouvoir créer une entreprise dans n'importe quel État membre dans des conditions d'égalité, le législateur flamand est intervenu. En Flandre, les connaissances professionnelles obligatoires sont supprimées depuis le 1er janvier 2018 pour les professions réglementées suivantes :

• grossiste en viandes - chevillard ;
• dégraisseur - teinturier ;
• restaurateur ou traiteur ;
• boulanger et pâtissier ;
• coiffeur ;
• esthéticien ;
• masseur ;
• pédicure ;
• opticien ;
• technicien dentaire ;
• entrepreneur de pompes funèbres ;
• boucher-charcutier ;
• les activités indépendantes réglementées en lien avec les vélos et les véhicules à moteur.

Une exception s'applique pour le secteur de la construction et l'activité réglementée d'installateur-frigoriste (profession de technicien du froid et électrotechnique).

Dans la Région de Bruxelles-Capitale et la Région wallonne, la loi d'établissement actuelle continue de s'appliquer in extenso, donc y compris aux activités réglementées qui ne sont plus réglementées en Flandre. À suivre assurément.

Nouvelles

L'administration fiscale a fait part de son point de vue sur les conséquences fiscales du télétravail dans une circulaire publiée fin février. S'il est vrai que cette circulaire a vu le jour dans le contexte de la crise de la Covid-19, le nouveau point de vue du fisc s'applique, indépendamment de la pandémie, à toutes les situations de télétravail depuis le 1er mars 2021.

Après deux condamnations par l'Europe, la Belgique a finalement adapté son régime d'imposition des biens immobiliers étrangers. Vous avez jusqu'à fin 2021 pour déterminer la valeur du revenu de ces biens immobiliers étrangers via une déclaration spéciale. Ensuite, vous devrez - peut-être - payer des impôts sur ce revenu.

Une prime d'émission se définit au mieux comme la différence entre le capital représenté par de nouvelles actions et le prix à payer pour ces actions. Mais comment faire si la société n'a pas de capital social ?

Abonnez-vous à notre lettre d'info