Réduction d'impôt pour entreprises débutantes et entreprises en croissance : d'abord un peu plus, ensuite de nouveau un peu moins

Depuis 2016, vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt si vous investissez dans une entreprise débutante. Depuis 2018, il existe une réduction d'impôt quasi identique pour les investissements dans des entreprises dites en croissance. À cet égard, un assouplissement introduit en 2018 a récemment été à nouveau renforcé.

La réduction d'impôt pour entreprises débutantes et entreprises en croissance

Si vous décidez d'acquérir de nouvelles actions d'une entreprise débutante (directement, via une plate-forme de crowdfunding ou via un véhicule de financement), vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt en retour. Cette réduction s'élève à 25 % du montant investi (ou 100 000 EUR si vous avez investi davantage).

Vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt similaire pour un investissement dans une entreprise en croissance. Une entreprise est dite en croissance si, au cours des 2 derniers exercices d'imposition, son chiffre d'affaires annuel a augmenté en moyenne d'au moins 10 % par exercice d'imposition ou si, au cours des 2 derniers exercices d'imposition, l'emploi y a augmenté en moyenne d'au moins 10 % par exercice d'imposition. Tout comme pour les entreprises débutantes, la réduction d'impôt s'élève à 25 % du montant investi (ou 100 000 EUR si vous avez investi davantage).

Cette réduction d'impôt est assortie de plusieurs autres conditions, mais nous aimerions nous intéresser ici à une exclusion importante, à savoir celle des dirigeants d'entreprise, des administrateurs et des gérants.

Les dirigeants d'entreprise sont exclus, mais pas complètement

Initialement, les dirigeants d'entreprise de l'entreprise concernée étaient exclus. Lors de l'introduction en 2018 de la réduction d'impôt pour les entreprises en croissance, cette exclusion a été nuancée. Les dirigeants d'entreprise ne sont plus exclus de la réduction (tant ceux des entreprises en croissance que ceux des entreprises débutantes) s'ils n'étaient pas encore dirigeants d'entreprise au moment de l'apport en capital.

En 2019, toutefois, cette exception a de nouveau été renforcée. À partir de l'exercice d'imposition 2020, les dirigeants d'entreprise seront exclus de la réduction sauf:

a) s'il n'étaient pas dirigeants d'entreprise au moment de l'apport en capital ; et

b) qu'ils sont restés dirigeants d'entreprise non rémunérés pendant 48 mois après la libération des actions.

Si cette dernière condition n'est pas satisfaite, la réduction d'impôt est reprise proportionnellement au nombre de mois restant à courir.

Représentants permanents et autres sociétés

Les règles s'appliquent également aux " représentants permanents ". Qu'est-ce qu'un représentant permanent ? Si l'administrateur, gérant... d'une société est une autre société, il convient de désigner dans cette autre société une personne physique qui exercera effectivement et physiquement le mandat. Ce " représentant permanent " a les mêmes responsabilités que s'il était effectivement administrateur. Le représentant permanent ne peut pas bénéficier de la réduction d'impôt sauf aux deux conditions susmentionnées.

Le renforcement des conditions est d'application depuis l'exercice d'imposition 2020, année de revenus 2019.

Nouvelles

L'administration fiscale a fait part de son point de vue sur les conséquences fiscales du télétravail dans une circulaire publiée fin février. S'il est vrai que cette circulaire a vu le jour dans le contexte de la crise de la Covid-19, le nouveau point de vue du fisc s'applique, indépendamment de la pandémie, à toutes les situations de télétravail depuis le 1er mars 2021.

Après deux condamnations par l'Europe, la Belgique a finalement adapté son régime d'imposition des biens immobiliers étrangers. Vous avez jusqu'à fin 2021 pour déterminer la valeur du revenu de ces biens immobiliers étrangers via une déclaration spéciale. Ensuite, vous devrez - peut-être - payer des impôts sur ce revenu.

Une prime d'émission se définit au mieux comme la différence entre le capital représenté par de nouvelles actions et le prix à payer pour ces actions. Mais comment faire si la société n'a pas de capital social ?

Abonnez-vous à notre lettre d'info