Apport en nature sans émission de nouvelles actions

Un apport en nature dans une société à responsabilité limitée peut-il se faire sans émission de nouvelles actions ? En 2013, l'Institut des réviseurs d'entreprises (IRE) a estimé que non. Mais depuis, la loi a changé et l'IRE a lui aussi été contraint de revoir sa position.

Les objections en 2013

Lorsque, en 2012 - 2013, l'IRE a été appelé à se prononcer sur la question de savoir si un apport en nature pouvait se faire sans émission de nouvelles actions, il a estimé que ce n'était pas le cas.
Il a essentiellement appuyé sa décision sur deux arguments.

Le premier était un argument textuel : la loi prescrivait (et prescrit toujours) qu'un apport en nature requiert l'établissement d'un rapport par un réviseur d'entreprises. Et le but de ce rapport, selon la loi, est de s'assurer que le mode d'évaluation et l'évaluation elle-même correspondent au nombre d'actions " à émettre ". L'IRE en a conclu qu'il fallait donc bien que de nouvelles actions soient émises.

L'IRE a trouvé un second argument dans le principe de l'enrichissement sans cause de la société. L'absence d'émission d'actions pourrait poser un problème pour des raisons fiscales.

Les arguments en 2021

Mais ce point de vue est aujourd'hui dépassé. Le Code des sociétés et des associations (CSA) contient pour les SRL une disposition (article 5:120, § 2) qui prévoit que l'assemblée générale, statuant à la majorité simple, a le pouvoir d'accepter des apports supplémentaires sans émission d'actions nouvelles. Il est impossible d'être plus explicite.
Un tel apport peut être décidé à la majorité simple, mais un passage chez le notaire s'impose, car un acte authentique est requis.

Il n'existe pas de disposition légale explicite de ce genre pour les SC, mais l'IRE est arrivé à la conclusion qu'un apport sans émission de nouvelles actions devait également être possible dans ces sociétés. En effet, l'ancien argument selon lequel un rapport devait être établi pour juger de l'évaluation des nouvelles actions à émettre ne figure plus dans la loi. L'argument textuel de 2013 a par conséquent disparu. Conclusion pour l'IRE : un apport sans émission de nouvelles actions est également possible dans les SC.
Selon l'IRE, un tel apport requiert l'unanimité des actionnaires (présents ou représentés). Il faut également que l'apport soit constaté dans un acte authentique.

Enfin, il y a la SA. Dans les SA, il est requis, comme c'était déjà le cas auparavant, que le commissaire (ou, à défaut de commissaire, un réviseur d'entreprises) fasse rapport sur la description de chaque apport en nature, sur l'évaluation adoptée et sur les modes d'évaluation appliqués. Ce rapport doit indiquer si les valeurs auxquelles conduisent ces modes d'évaluation " correspondent au moins à la valeur des parts à émettre en contrepartie ".
L'IRE invoque cette disposition comme argument textuel pour affirmer qu'un apport en nature sans émission de nouvelles actions n'est juridiquement pas possible dans une SA.

Nouvelles

Si vous avez payé trop de TVA à l’État, vous avez le choix : soit vous reportez le crédit TVA sur le mois ou le trimestre suivant, soit vous demandez le remboursement du trop payé. Mais le délai de prescription applicable à une restitution est de trois ans. La question qui se pose est de savoir à quel moment ce délai commence à courir.

Que se passe-t-il lorsqu’un actionnaire cède ses actions avant leur libération ? Cette question reste pertinente même sous le nouveau Code des sociétés et des associations (CSA).

Votre employeur fait installer des panneaux solaires sur le toit de votre habitation privée. Pourquoi ? Pour vous octroyer un avantage ? Ou peut-être êtes-vous le dirigeant d’entreprise et le siège de la société est-il établi dans une partie de votre habitation ? Qu’en est-il du point de vue fiscal ? La réponse du ministre est surprenante.

Abonnez-vous à notre lettre d'info