Impôt sur la prime de recrutement pour nouveaux collaborateurs

Pour beaucoup d’entreprises, trouver des collaborateurs compétents n’est pas une sinécure. Bon nombre d’entre elles octroient dès lors une prime de recrutement aux travailleurs qui leur présentent un nouveau collaborateur. La Commission de ruling fiscal a récemment publié une décision concernant le régime fiscal applicable à cette prime de recrutement.

Les faits

X est une entreprise prestataire de services. Ne parvenant pas – comme beaucoup d’autres entreprises du secteur – à trouver des collaborateurs compétents, elle décide d’octroyer une prime de recrutement à quiconque lui présente un candidat valable. Celle-ci peut dès lors être attribuée aux collaborateurs de l’entreprise, mais aussi à des tiers. Cette initiative est diffusée via différents types de canaux, dont le site web de l’entreprise, les réseaux sociaux...
Le montant de la prime varie en fonction du profil du candidat présenté, et plus particulièrement de l’expérience professionnelle pertinente de ce dernier.

Conditions

L’octroi de cette prime est soumis à certaines conditions :

seuls peuvent être présentés de nouveaux candidats. Les anciens collaborateurs, stagiaires, étudiants jobistes... n’entrent pas en ligne de compte ;

le candidat doit être proposé via une procédure spécifique ;

la prime de recrutement est octroyée pour tous les postes vacants publiés sur le site web de l’entreprise ;

la personne qui présente la nouvelle recrue est informée de la décision au terme du processus d’embauche ;

le candidat doit rester en service durant au moins six mois. La prime de recrutement est versée à l’issue de cette période.

Une même personne peut bénéficier d’une prime de recrutement plusieurs fois par an.

Membres du personnel ou tiers

Comme précisé ci-dessus, la prime de recrutement peut être octroyée non seulement aux membres du personnel de l’entreprise, mais aussi à des personnes extérieures à l’entreprise.
Par membre du personnel, on entend tout travailleur en service auprès de l’entreprise au moment de la présentation du candidat collaborateur. Les collaborateurs RH ainsi que les associés et administrateurs de la société n’entrent pas en ligne de compte.
Par personne extérieure à l’entreprise, il y a lieu d’entendre toute personne qui n’est pas en service auprès de l’entreprise, à l’exclusion des entreprises RH externes, des agences de travail intérimaire, des organisations syndicales...

Comment la prime de recrutement est-elle taxée dans le chef des travailleurs ?

La loi décrit les rémunérations et traitements comme toutes rétributions qui constituent, pour le travailleur, le produit du travail au service d'un employeur. Selon cette définition, les cadeaux ou réductions octroyés par un employeur à son personnel constituent en principe une forme de rémunération imposable. La prime de recrutement pourrait dès lors être qualifiée de rémunération.

La Commission de ruling souligne toutefois que l’Administration autorise les contribuables à démontrer qu’un avantage ne trouve pas sa cause dans la relation de travail ou qu’il aurait également pu être obtenu si l’activité professionnelle n’avait pas été exercée. C’est précisément le cas en l’espèce : la prime de recrutement peut être octroyée non seulement au personnel propre de l’entreprise, mais aussi à des tiers.

Par conséquent, la prime versée au personnel propre ne doit pas être considérée comme une rémunération. Le montant versé aux collaborateurs de l’entreprise doit être taxé de la même manière que celui octroyé à des tiers au titre de prime de recrutement.

Comment la prime de recrutement est-elle taxée dans le chef de tiers ?

Alors qu’elle est de prime abord plutôt tolérante concernant la taxation de la prime de recrutement dans le chef du personnel propre, la Commission de ruling est assez stricte lorsque la prime est octroyée à des tiers. Selon elle, la prime de recrutement doit être considérée comme une prestation fortuite, et ce tant dans le chef de tiers que dans celui du personnel propre. En d’autres termes, la prime est imposable à titre de revenu divers, au taux de 33 %.

Vous pouvez déduire vos frais, mais aucun forfait n’est d’application : seuls les frais réellement prouvés peuvent être déduits.

La Commission de ruling estime en outre que la prime de recrutement ne peut être considérée comme une prestation fortuite que si elle n’est pas octroyée plus de deux fois à la même personne.
Cette condition résulte d’une négociation. Il ne s’agit nullement d’une règle prescrite par la loi.

Qu’en est-il si une même personne présente plus de deux candidats ? Dans ce cas de figure, la prime est-elle considérée comme une rémunération ou s’agit-il d’un autre type de revenu ?

Quoi qu’il en soit, les entreprises qui souhaitent octroyer une prime de recrutement peuvent envisager de rémunérer également des personnes externes à l’entreprise qui lui présentent de nouveaux collaborateurs. Cette procédure profite dans tous les cas à son propre personnel, du moins dans une certaine mesure.

Nouvelles

Si vous avez payé trop de TVA à l’État, vous avez le choix : soit vous reportez le crédit TVA sur le mois ou le trimestre suivant, soit vous demandez le remboursement du trop payé. Mais le délai de prescription applicable à une restitution est de trois ans. La question qui se pose est de savoir à quel moment ce délai commence à courir.

Que se passe-t-il lorsqu’un actionnaire cède ses actions avant leur libération ? Cette question reste pertinente même sous le nouveau Code des sociétés et des associations (CSA).

Votre employeur fait installer des panneaux solaires sur le toit de votre habitation privée. Pourquoi ? Pour vous octroyer un avantage ? Ou peut-être êtes-vous le dirigeant d’entreprise et le siège de la société est-il établi dans une partie de votre habitation ? Qu’en est-il du point de vue fiscal ? La réponse du ministre est surprenante.

Abonnez-vous à notre lettre d'info