Quand devez-vous payer une prime de crise ?

Quand devez-vous payer une prime de crise ?

Si vous licenciez un ouvrier entre le 1er janvier et le 30 juin 2010 pour un  motif autre que la  faute grave, celui-ci a droit à une prime de crise unique de 1.666 euros nets. Cette nouvelle mesure temporaire de crise prise par le gouvernement vise à mieux protéger les ouvriers licenciés en ces temps de crise.

Ouvriers

Si vous licenciez un travailleur lié par un contrat de travail d'ouvrier pour un motif autre que la faute grave entre le 1er janvier 2010 et le 30 juin 2010 (nous parlons bien ici des ouvriers, pas des employés, ni des représentants de commerce, ni encore des employés de maison), celui-ci a droit à une prime forfaitaire de crise et ce,  que vous ayez mis fin au contrat de travail avec ou sans période de préavis.

L'ouvrier n'a pas droit à la prime de crise si vous mettez fin à son contrat de travail :

pendant la période d'essai;

en vue de la pension;

en vue de la prépension;

dans le cadre d'une restructuration, lorsqu'il  a la possibilité de s'inscrire dans une cellule emploi.

Montant de la prime

La prime forfaitaire à laquelle les ouvriers ont droit en cas de licenciement pour un  motif autre que la  faute grave s'élève à 1.666 euros. Cette prime s'ajoute au délai ou à l'indemnité de préavis classiques. Pour les ouvriers à temps partiel, la prime est calculée au prorata de leurs prestations de travail contractuelles.
Cette indemnité est nette d'impôts (pas de précompte professionnel) et de cotisations sociales.

Intervention de l'ONEM

L'Office National de l'Emploi (ONEM) prend à sa charge la majeure  partie de la prime, à savoir 1.111 euros. Vous payez la différence, soit 555 euros. Attention, vous devez notifier le licenciement à l'ouvrier concerné par courrier recommandé ou par exploit d'huissier. A défaut, vous devrez supporter la totalité de la prime.

Exonération

Dans les cas suivants, vous ne devrez rien payer et l'ONEM prendra à sa charge la totalité de la prime.

1. En 2010, vous avez recours  à la réduction  collective du temps de travail de crise, au crédit-temps de crise ou au chômage économique pour les ouvriers et ce, pendant 4 semaines pour les ouvriers ayant une ancienneté de moins de 20 ans et pendant 8 semaines pour les ouvriers ayant plus de 20 ans d'ancienneté.

2. Votre entreprise compte moins de dix travailleurs et connaît des difficultés économiques. Vous devez introduire une demande d'exonération auprès de la Commission "Plans d'entreprise".

Nouvelles

Les taux sont depuis quelque temps si bas que l’investisseur doit payer pour pouvoir investir son argent. Que pense le fisc de ces intérêts négatifs ?

Lorsqu’une société distribue un dividende, elle est redevable d’un précompte mobilier (Pr.M.) de 30 % sur le montant distribué. Les PME peuvent échapper à ce précompte en réservant leurs bénéfices (réserve de liquidation). Un prélèvement anticipatif de 10 % est alors dû immédiatement, mais aucun impôt n’est plus dû lors de la liquidation de la société. En cas de distribution avant la liquidation, en revanche, un Pr.M. sera retenu.

Le 20 août 2021, la Commission des normes comptables (CNC) a publié un avis sur la comptabilisation des plus-values de réévaluation suite à l’introduction en mai 2019 du Code des sociétés et des associations (CSA).

Abonnez-vous à notre lettre d'info