Les indépendants peuvent demander leur allocation de crise jusque fin septembre

Les indépendants peuvent demander leur allocation de crise jusque fin septembre

Les indépendants en difficulté peuvent demander une allocation lorsqu'ils sont confrontés à des problèmes économiques. Ils peuvent en fait bénéficier de l'assurance  faillite, qui était à l'origine destinée uniquement aux faillis. Cette mesure est temporaire et a été récemment prolongée jusque fin septembre 2010.

Allocation pour les indépendants en difficulté

Si vous êtes indépendant et que vous êtes confronté à des difficultés, vous pouvez recevoir une allocation en vertu de l'assurance faillite. Le gouvernement a en effet temporairement étendu l'allocation de l'assurance sociale en cas de faillite aux indépendants en difficulté. Par cette mesure de crise, le gouvernement entend intervenir à temps et éviter que ces indépendants fassent effectivement faillite.

Vous pouvez percevoir pendant six mois maximum cette allocation, dont le montant correspond à la pension minimale des indépendants. Depuis le 1er août 2009, celle-ci s'élève à 1.213,44 euros par mois pour un indépendant avec ménage et à 920,62 euros par mois pour un isolé.

Si en dépit de cette allocation, vous faites quand même faillite, vous avez encore droit, après la faillite, à l'assurance faillite pendant douze mois maximum. Une série de conditions sont liées au bénéfice de cette allocation, comme l'introduction d'une demande dans les délais.

Pour qui?

Cette mesure est destinée aux indépendants qui ont obtenu du juge un règlement collectif de dettes ou une réorganisation judiciaire et qui sont confrontés à une diminution de leur chiffre d'affaires ou de leurs revenus entraînant un risque de faillite ou d'insolvabilité.
La demande doit être motivée

La demande doit être motivée

Pour bénéficier de l'allocation, vous devez répondre à des conditions d'octroi strictes et introduire votre demande en temps utile.

La principale condition est la motivation de la demande. Si vous invoquez une 'diminution considérable du chiffre d'affaires ou des revenus', vous devez satisfaire à au moins deux des six critères suivants pour pouvoir prétendre à l'allocation.

une diminution du chiffre d'affaires de 50%;

la faillite d'un cocontractant;

avoir un plan de remboursement concernant des dettes relatives à la TVA, à l'impôt des personnes physiques ou aux cotisations sociales;

bénéficier d'une dispense de cotisations sociales;

avoir des dettes fiscales et sociales;

avoir un crédit de caisse dénoncé.

Il y a par ailleurs encore quelques conditions secondaires relatives à la résidence principale, à la preuve de l'obligation d'être assuré et à la déclaration d'un comptable, d'un expert-comptable externe ou d'un reviseur d'entreprises agréé.

Comment introduire une demande?

Vous pouvez introduire la demande par lettre recommandée auprès de votre caisse d'assurances sociales.

Prolongation jusque fin septembre 2010

Étant donné que les conséquences de la crise économique se font encore sentir, les pouvoirs publics ont une nouvelle fois prolongé cette mesure. Vous avez dès lors encore jusqu'au 30 septembre 2010 pour introduire une demande auprès de votre caisse d'assurances sociales. Pour ce faire, un nouveau formulaire de renseignements adapté est disponible.

Nouvelles

L'administration fiscale a fait part de son point de vue sur les conséquences fiscales du télétravail dans une circulaire publiée fin février. S'il est vrai que cette circulaire a vu le jour dans le contexte de la crise de la Covid-19, le nouveau point de vue du fisc s'applique, indépendamment de la pandémie, à toutes les situations de télétravail depuis le 1er mars 2021.

Après deux condamnations par l'Europe, la Belgique a finalement adapté son régime d'imposition des biens immobiliers étrangers. Vous avez jusqu'à fin 2021 pour déterminer la valeur du revenu de ces biens immobiliers étrangers via une déclaration spéciale. Ensuite, vous devrez - peut-être - payer des impôts sur ce revenu.

Une prime d'émission se définit au mieux comme la différence entre le capital représenté par de nouvelles actions et le prix à payer pour ces actions. Mais comment faire si la société n'a pas de capital social ?

Abonnez-vous à notre lettre d'info