Un smartphone de société ? Ventilez votre facture

Un smartphone mis gratuitement à votre disposition par votre société constitue un avantage de toute nature. Mais cet avantage n'est pas forcément imposable. Comment faire pour éviter de payer plus d'impôts ? Partagez votre facture entre utilisation professionnelle et utilisation privée. 

Forfait fiscal pour smartphone

Le forfait fiscal pour l'avantage imposable résultant de la mise à disposition d'un smartphone à un dirigeant d'entreprise ou à un travailleur est le suivant :

• L'appareil : 36 euros par an.
• La connexion Internet : 60 euros par an.
• L'abonnement de téléphonie : 48 euros par an.

Les forfaits s'appliquent par appareil. Pour un smartphone avec connexion Internet et abonnement de téléphonie, l'avantage s'élève à 144 euros = 36 + 60 + 48.

Partage entre utilisation professionnelle et utilisation privée ?

Pourquoi ventiler ? 

Le dirigeant d'entreprise (ou travailleur) a droit à un crédit d'appel maximum qui correspond à l'utilisation professionnelle (estimée).  Cette partie de la facture est réglée par l'employeur. Cela dit, le dirigeant d'entreprise (ou travailleur) utilise plus que ce crédit d'appel. Ce surplus correspond à l'utilisation privée. Le dirigeant d'entreprise (ou travailleur) paie donc la partie de la facture correspondante. Cette façon de procéder est également appelée " split billing ".
Comme le dirigeant d'entreprise ou le travailleur paie lui-même pour son utilisation privée, il n'y a en réalité plus d'avantage de toute nature.

Quel est l'avantage à payer soi-même une partie de la facture ?

En tant que dirigeant d'entreprise ou travailleur, vous en tirez quand même un avantage. Vous ne payez que votre utilisation privée (une partie de l'abonnement).  L'appareil, en revanche, est entièrement à charge de la société, bien qu'il soit également utilisé pour passer des appels privés. L'avantage du split billing englobe dès lors aussi l'appareil. Même si vous ne payez rien pour l'appareil proprement dit, il n'est pas pour autant considéré comme un avantage de toute nature et n'est donc pas imposable.

Conditions ?

Le montant maximum doit être fixé conformément à des normes sérieuses. Les critères doivent correspondre à l'utilisation professionnelle réelle.
Cette réglementation s'applique uniquement pour les smartphones et les GSM. Les tablettes en sont exclues.

Nouvelles

La TVA sur les frais engagés par une entreprise lors de l'achat d'actions est déductible. La Cour de justice estime en effet que les actes préparatoires ouvrent également un droit à déduction. Et ce n'est pas tout : si l'achat n'a finalement pas lieu (du tout), les frais restent déductibles.

La " loi sur les activités complémentaires " permet de percevoir un revenu d'appoint exonéré. Elle s'applique aux travailleurs qui travaillent au moins à 4/5, aux travailleurs indépendants à titre principal et aux pensionnés. Tant que les revenus ne dépassent pas une certaine limite, ils ne sont pas soumis aux cotisations sociales ni aux impôts. Depuis le 15 juillet 2018, les activités complémentaires doivent être déclarées via le service en ligne Activités complémentaires. Nous vous récapitulons ici la marche à suivre.

La réforme du droit des entreprises (loi du 15 avril 2018) modifie quelques règles et obligations en ce qui concerne les sociétés de droit commun, désormais appelées sociétés simples. Celles-ci sont dorénavant soumises à l'obligation comptable et doivent s'inscrire auprès de la Banque-Carrefour des Entreprises. Les nouvelles règles sont entrées en vigueur au 1er novembre 2018.

Abonnez-vous à notre lettre d'info