Activités complémentaires exonérées d'impôt

Depuis le 15 juillet, vous pouvez percevoir des revenus complémentaires exonérés d'impôt à concurrence de 6 130 euros par an, avec un maximum de 510,83 euros par mois. Attention : il doit s'agir de revenus complémentaires. Ce régime fiscal préférentiel est uniquement destiné aux personnes qui ont déjà une activité principale, ainsi qu'aux pensionnés.

Qui peut percevoir des revenus complémentaires ?

Vous pouvez exercer des activités complémentaires exonérées d'impôt si :

vous êtes salarié et vous travaillez au moins à 4/5e ;

vous êtes indépendant à titre principal ;

vous êtes pensionné.

Quel montant de revenus complémentaires pouvez-vous percevoir ?

Vous pouvez percevoir 6 130 euros maximum de revenus complémentaires par an (montant pour l'E.I. 2019, montant de base 3 830 euros). Vous pouvez percevoir 510,83 euros maximum de revenus complémentaires par mois (montant pour l'E.I. 2019, montant de base 319 euros). Si vous travaillez dans un secteur saisonnier, le maximum mensuel est porté à un peu plus de 1 000 euros (le maximum annuel reste de 6 130 euros).

Quelles activités ?

Vous pouvez percevoir des revenus complémentaires dans un des secteurs suivants : travail associatif, services de citoyen à citoyen et économie collaborative (qui bénéficiait déjà d'un régime préférentiel depuis un certain temps).

Le travail associatif comprend les services au profit d'associations socioculturelles sans but lucratif. Il s'agit entre autres des guides, animateurs et entraîneurs sportifs. Attention : il ne faut pas confondre travail associatif et volontariat non rémunéré (pour lequel le volontaire perçoit uniquement un défraiement).

Les services de citoyen à citoyen sont les services non professionnels prestés pour un autre particulier. Seuls les services occasionnels sont autorisés (tondre chaque semaine la pelouse des voisins n'en fait par exemple pas partie). Il s'agit de services tels que :

• garde d'enfants ;
• cours particuliers ;
• petits travaux d'entretien ;
• aide administrative ;
• aide ponctuelle lors de problèmes informatiques.

Dans l'économie collaborative, les services sont fournis via une plateforme en ligne agréée. Ce régime existait depuis quelque temps déjà. Les règles existantes restent d'application mais le maximum actuel de 5 000 euros est porté à 6 130 euros.
Le maximum vaut pour les trois catégories cumulées.
Le gouvernement a créé le site https://www.activitescomplementaires.be/ sur lequel vous trouverez de plus amples informations. Si vous voulez exercer des activités complémentaires, vous y trouverez de plus amples informations. Vous pouvez également vous y enregistrer comme prestataire. Si vous cherchez un prestataire, vous pouvez également le trouver sur ce site.

Les associations professionnelles saisissent la Cour constitutionnelle

Le Boerenbond et l'Unizo estiment que la loi sur les activités complémentaires crée une concurrence déloyale par rapport aux activités de leurs membres. Les deux associations ont dès lors saisi la Cour constitutionnelle afin d'obtenir l'annulation de la loi.

Nouvelles

À partir du 1er janvier 2019, les contribuables pourront choisir de soumettre à la TVA les locations immobilières. En voici les principes pour rappel.

La loi anti-blanchiment du 18 septembre 2017 crée un cadre légal pour le registre UBO. Il s'agit d'un registre national des bénéficiaires effectifs de sociétés et autres entités juridiques. Les détails concernant le contenu des informations recueillies sont peu à peu connus.

Les modalités de valorisation de l'avantage de toute nature résultant de la mise à disposition gratuite d'un logement à un travailleur salarié ou à un dirigeant d'entreprise font depuis longtemps l'objet de critiques. Le Gouvernement vient d'annoncer la modification de ces règles. La valeur sera désormais calculée en application de la formule suivante : RC × 100/60 × 2.

Abonnez-vous à notre lettre d'info