Le nouveau CSA et la TVA

L'administration fiscale a publié récemment une circulaire qui explique l'impact, en matière de TVA, de l'introduction du nouveau Code des sociétés et des associations (CSA). Cette circulaire traite plus précisément des conséquences, en matière de TVA, du nouveau sens donné par le CSA à la société simple et à l'association de fait.

La société simple

Le CSA apporte d'importantes modifications à cette forme juridique. En vertu du nouveau Code, la société simple est une société avec un but civil ou commercial, dépourvue de personnalité juridique. La société simple est définie comme le contrat par lequel deux ou plusieurs personnes conviennent de mettre leurs apports en commun en vue de partager le bénéfice patrimonial direct ou indirect qui pourra en résulter. Elle est conclue pour l'intérêt commun des parties.

On parle de " société simple interne " lorsque la société simple est gérée par un ou plusieurs gérants, associés ou non, agissant en leur nom propre. Il y a bien un patrimoine distinct, mais les gérants agissent en leur nom propre, sans engager les autres associés. Une société interne n'est pas considérée comme un assujetti au sens de l'article 4, § 1er du Code de la TVA.

Lorsque les associés conviennent que leur " société simple " sera dotée de la personnalité juridique, ils ne créent pas une société simple mais une société en nom collectif ou une société en commandite.
Dans une société en nom collectif, tous les associés sont responsables, de manière illimitée et solidaire, des engagements de la société.
Dans une société en commandite par contre, un ou plusieurs associés sont indéfiniment et solidairement responsables des engagements de la société (c'est ce qu'on appelle les associés commandités) alors qu'un ou plusieurs autres associés procèdent seulement à des apports en numéraire ou en nature et ne participent pas à la gestion (c'est ce qu'on appelle les associés commanditaires).
Dans les deux cas, la société est dotée de la personnalité juridique et est considérée comme un assujetti au sens de l'article 4, § 1er du Code de la TVA.

Face à la société interne, on trouve la société simple " publique " dont les associés agissent de concert vis-à-vis de l'extérieur. Pour l'application de la TVA, de telles sociétés simples sont également considérées comme des assujettis au sens de l'article 4, § 1er du Code de la TVA.

L'association de fait

En vertu du nouveau CSA, une association est constituée par deux ou plus de deux personnes, dénommées membres. Une association poursuit par définition un but désintéressé dans le cadre de l'exercice d'une ou de plusieurs activités déterminées qui constituent son objet. Elle ne peut procurer un quelconque avantage patrimonial à ses fondateurs, ses membres, ses administrateurs ni à toute autre personne sauf dans le but désintéressé déterminé par les statuts. Elle n'a pas la personnalité juridique.

L'association de fait telle qu'elle est définie actuellement dans le CSA ne peut donc poursuivre qu'un objectif désintéressé. Elle peut exercer des activités économiques au sens de l'article 4, § 1er du Code de la TVA mais uniquement en vue de l'objectif désintéressé.

Malgré ces restrictions, une association de fait est toujours considérée comme un assujetti au sens de l'article 4, § 1er du Code de la TVA.

Nouvelles

Fin mai, le ministre des Finances a reçu le feu vert (!) du gouvernement en vue d’une réforme en profondeur de la déductibilité fiscale des voitures particulières à usage professionnel. Les voitures à carburant fossile sont poussées vers la sortie, mais pour les voitures électriques aussi, la déductibilité sera limitée. Le gouvernement se donne une décennie pour y parvenir.

Une loi récente ouvre la porte à la constitution en ligne des sociétés. Vous disposez d’une société en cinq jours. C’est ce que promet le ministre dans les travaux préparatoires... Le truc est simple : vous devez encore passer par le notaire, mais l’acte de constitution authentique des personnes morales peut désormais aussi être dématérialisé. Ce qui accélère considérablement la procédure.

Le calcul de l'avantage de toute nature pour la voiture de société dépend entre autres de l'émission de CO2 du véhicule par rapport à " l'émission moyenne du parc automobile belge ". Cette émission moyenne a augmenté en 2018 et 2019, de sorte que l'avantage a diminué. Une nouvelle loi fait qu'il ne pourra plus diminuer.

Abonnez-vous à notre lettre d'info